– Salar d’Uyuni : 1er pas en Bolivie –

Deux mois après notre retour c’est le cœur lourd que je m’apprête à continuer notre récit.

Quatre mois tellement magiques que je ne vous cache pas que ma vie actuelle n’est pas celle espérée. Cependant, malgré la difficulté de repenser à mes souvenirs d’antan, j’ai décidé de tout vous raconter. Le voyage a commencé un jeudi, il finira donc un jeudi, le 17 mai…
C’est donc un retour dans le temps, quatre mois en arrière que nous nous apprêtons à faire : direction le Salar d’Uyuni en Bolivie.

Une grande aventure nous attend. Trois jours de bus avec des stops qui promettent d’être époustouflants.
C’est donc accompagnés de dix autres personnes que nous passons la frontière entre le Chili et la Bolivie. Nous y sommes. Déjà notre 3ème pays. C’est officiel, nous avons vécu la moitié de notre voyage. Petit regret de déjà quitter le Chili, mais nous savons que la Bolivie à d’exquises choses à nous offrir.
Passeports tamponnés et accès à la Reserva Eduardo Avaroa payé, nous partons donc avec l’agence Lithium (95 000 pesos/pers les 3 jours), direction nos 1er spots : la laguna blanca. L’eau y est d’une transparence légendaire. Limpide, pâle, apaisante, les montagnes au loin s’y reflètent. Nous sommes déjà subjugués.
La laguna verde. Lagune qui porte bien son nom car elle est d’un vert spectaculaire dû à une forte concentration de cuivre au sol.
Le désert Dali appelé ainsi car le peintre a réalisé une peinture représentant ce lieu solitaire. Seul au monde, perdu au milieu de nul part, du sable, du sable, des dunes et du sable. Je fais face pour la 1ère fois de ma vie au désert, à cette sensation de rien, d’infini et c’est plutôt agréable.
La matinée se termine par la laguna Chalviri et ses bains thermaux. Cadre paradisiaque. Un des plus beaux paysages jamais vu, dans lequel je veux me réveiller tous les jours. Impossible me direz vous? Rien n’est impossible. Les couleurs sont uniques : du orange, du bleu, du vert. Les montagnes sont enneigés au loin, les flamants roses se reposent les pattes dans l’eau.
Il est possible de se baigner dans les bains bordant la lagune pour 10 pesos par personne. Une eau chaude dans un petit paradis. Vous avez mieux?

L’après-midi se poursuit par la visite des geysers. L’eau est d’un blanc laiteux, de la fumée en masse sort du sol de façon continuel. L’endroit est impressionnant mais c’est surtout l’odeur qui m’impressionne. Ça pu les œufs pourris, bordel! Une infection! Merci la digestion.
Nous sommes à plus de 4000 mètres d’altitude avec un pic à 4900 mètres. La hauteur se fait sentir. La moindre marche nous essouffle énormément mais finalement Momo et moi la supportons plutôt bien. Malheureusement, ce n’est pas le cas pour tout le monde. Entre les maux de tête insupportables et les vertiges, certaines personnes ne peuvent pas profiter du paysage et sont contraintes de rester allongées dans la voiture. Nous sommes ravis que ce ne soit pas tombé sur nous!
Cette journée se termine finalement en apothéose avec la laguna coloradores. J’en avais entendu parler, j’avais vu des photos, je l’attendais, je l’ai vu. Le lac est d’un rose inimaginable. Même photoshoppé, ce ne sera jamais aussi beau qu’en réalité. Il faut le voir pour le croire. Entre 25 000 et 40 000 flamants roses se pavanent devant nous. Ils sont au bord de l’eau et nous pouvons quasiment les toucher. Paradis sur terre, je pourrais dire que j’y étais.

Après une nuit dans un hôtel tout mignon perdu au milieu de nul part, nous reprenons notre route direction la Valle de Roca. Beaucoup moins spectaculaire mais tout aussi joli. De grands rochers s’étendent devant nous. Installés en plein milieu d’une verdure incroyable, les lamas s’y promènent aux alentours. C’est certain, nous avons bien atterri en Amérique du Sud, seul continent où il est possible de voir cela.
C’est officiel, deux journées, deux ambiances. La veille le mode lagune était enclenché, aujourd’hui nous sommes en mode rochers. Nous continuons l’excursion par el Camello de Piedra, Camel de roca et la Ciudad Perdida. Il est possible de monter au sommet des rochers où le paysage est splendide : un espace vert à perte de vue.
La journée se termine par la visite de la laguna negra, la traversée d’un champs de quinoa (céréales de toutes les couleurs : rouge, jaune, orange, vert) et le spectaculaire Canyon del Inca.

Le lendemain est un grand jour, je serai au Salar d’Uyuni et j’ai du mal à réaliser. Malheureusement, nous venons d’apprendre que les manifestations Boliviennes ont repris et que notre passage au Salar serai peut être compromis. Comment vous dire que le stress est à son paroxysme.
En effet, il y a 139 ans, les Chiliens ont volés aux Boliviens leur cuivre et l’accès à la mer. Depuis, ils sont en guerre. En 2003, une négociation commençait à se faire : rendre l’accès à la mer contre leur gaz. Un référendum a été effectué, le peuple a voté contre. Aujourd’hui, la négociation a de nouveau repris, malheureusement le gouvernement décide, cette fois-ci, de ne pas demander l’avis du peuple.
La plupart des agences qui emmènent les tourismes au Salar d’Uyuni sont des agences Chiliennes. Ce qui explique pourquoi les Boliviens, afin de montrer leur mécontentement, décident de bloquer l’accès au Salar.

Par chance, notre passage s’est déroulé sans encombre. Il est 5 heures du matin. La nuit a été courte mais ce n’est pas grave. L’excitation est là et nous tient éveillée. On roule, on roule. Nous quittons la ville et nous distinguons un paysage autour de nous qui se fait de plus en plus désertique. Les premières lueurs du jour apparaissent. Tout est blanc. Le soleil se lève a l’horizon, les couleurs sont magnifiques. Le rose se reflète sur le blanc. En surface, un miroir d’eau se forme. Au loin, on aperçoit une grande statue du Dakar. En effet, il passe par ici depuis 3 ans et les Boliviens en sont très fiers.
Nous prendrons notre petit déjeuner dans le premier hôtel de sel construit dans le monde. Cadre atypique qui nous permet un réveil tout en douceur. Nous profitons du lieu, du cadre et nous en prenons plein les yeux.

Nous l’avons rêvé, nous l’avons fait. Expérience mémorable, belle et parfaite. ♥

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments (2)

  1. Juste Waouh ! Ton séjour a du être génial et les photos sont magnifiques ! Ton “Ca pue les oeufs pourris” m’a bien fait rire xD. Contente que tu es pu voir le Salar d’Uyuni malgré la tension. Ton récit est top ! A bientôt

    1. Merci beaucoup! Oui c’etait vraiment un voyage formidable! J’aurai aimé que ça dure longtemps. Contente que l’article t’ai plu! Bisous bisous!

Leave a Reply to Lou Sarah Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *